Les troubles anxieux

L'anxiété est une émotion courante que l'on ressent en réaction à une situation menaçante ou perçue comme telle. 

L'anxiété consiste généralement à :
  • surestimer la probabilité qu'une menace ou un évènement négatif se produise
  • surestimer les conséquences néfastes de l'évènement en question, s'il se produisait
  • sous-estimer sa propre capacité à affronter ou dépasser la menace ou l'évènement

L'anxiété s'accompagne de tout un cortège de sensations physiques désagréables (sueurs froides, jambes qui flageolent, accélération du rythme cardiaque, mains moites, bouche sèche…) et psychiques (difficultés de concentration, afflux rapide de pensées, agitation, trouble du sommeil…)

L'anxiété n'est pas mauvaise en soi, tout dépend son intensité et sa fréquence d'apparition. A petite dose, l'anxiété peut être utile c'est-à-dire fonctionnelle : mobilisatrice, informative, motivante parfois même… C'est surtout à forte dose ou lorsqu'elle est constante que l'anxiété devient néfaste et invalidante. En effet, l'anxiété prononcée et/ou au quotidien nous empêche de mener une vie satisfaisante et peut avoir des répercussions dans toutes les sphères de notre vie : personnelle, professionnelle, sociale…

On peut devenir anxieux à la suite d'un traumatisme mais le plus souvent l'anxiété s'installe lentement sans qu'on sache consciemment la cause précise.
Les troubles anxieux les plus courants (présentation sommaire) :
  • le trouble d'anxiété généralisé (TAG) : Anxiété permanente à des degrés variables. Les personnes souffrant de TAG s'inquiètent en permanence pour elle, pour leurs proches… Elles sont constamment préoccupées par le risque qu'un malheur leur arrive ou touche les êtres qui leur sont chers.
  • le trouble obsessionnel compulsif (TOC) : Trouble pouvant prendre des formes diverses qui se caractérise par des pensées intrusives indésirables et par une tendance compulsive à procéder à des rituels compliqués, dans un effort irrationnel pour empêcher que se produisent les évènements redoutés.
  • la crise de panique : Elle peut se produire de façon imprévisible, ou au contraire dans une situation particulière. Les personnes ont alors des sensations physiques très fortes et extrêmement désagréables à tel point qu'elles peuvent avoir la sensation d'être sur le point de mourir (sensation de mort imminente).
  • les phobies : Peur marquée et persistante, excessive ou peu raisonnable, déclenchée par la présence ou l'idée anticipative d'un objet ou d'une situation spécifique. On parle souvent de peur irrationnelle en raison de l'intensité de cette peur, hors proportion avec la menace réelle. Les personnes phobiques ont en général tendance à éviter les objets ou situations qu'ils craignent. On distingue les "phobies spécifiques" ou phobies simples, qui sont déclenchées par un objet externe : avions, araignées, aiguilles, sang… ; des phobies sociales caractérisées par la peur d'interagir avec les autres, de réaliser certaines actions devant d'autres personnes (ex : parler en public, rougir…) ; de l'agoraphobie, c'est-à-dire la peur de se retrouver dans un endroit où l'on ne se sent pas en sécurité et dont il serait difficile ou gênant de s'extraire (ex : endroit très fréquenté).
  • l'état de stress post-traumatique (ESPT) : Cet état d'anxiété résulte d'un traumatisme qui a menacé la vie ou l'intégrité physique de la personne (ex : accidents de la circulation, vols et cambriolages, catastrophes naturelles, agressions…).
Si vous sentez que votre anxiété a des répercussions négatives dans votre quotidien (ex : impossibilité de nouer et/ou d'entretenir des relations interpersonnelles, impossibilité de sortir de votre domicile, difficultés pour aller travailler…), un professionnel de la santé mentale – plus communément appelé « psy » – pourra vous venir en aide.

Chaque psychothérapeute dispose de ses outils et de son orientation théorique pour aider ses patients et je sais qu'il n'est pas toujours évident pour les patients de se retrouver parmi toutes les techniques existantes... Personnellement, je travaille dans une perspective intégrative et face à l'anxiété de mes patients, j'utilise beaucoup l'hypnose ainsi que des techniques issues des thérapies cognitives comportementales mais il existe aussi d'autres approches intéressantes. L'important dans le cadre d'une psychothérapie – qu'elle ait pour objet l'anxiété ou autre chose d'ailleurs – , c'est la relation que vous nouez avec votre psychothérapeute. Les psychothérapies qui « marchent » sont celles où la relation, l'alliance a pu s'établir. C'est pour cette raison que je vous conseille fortement de ne pas vous limiter à rechercher une technique mais davantage un psychothérapeute qui vous convienne.

En espérant que cet article vous aura apporté des informations utiles, je reste à votre disposition pour toute suggestion : opheliacavanna@gmail.com

Ophélia Cavanna Psychologue Clinicienne Nogent sur marne



            6 BIS RUE HOCHE
    94130 NOGENT SUR MARNE


            Tel : 01 48 72 46 36
    opheliacavanna@gmail.com

          N° ADELI : 949308456


                  Spécialisée :

               
                      Accès


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : vendredi 13 juillet 2018